On a testé la Spartan Race Beast du Castellet 2017

La Spartan Race du Castellet a permis de clore la saison 2017 ainsi que la première édition des Spartan French Championship Series. Cette dernière course a bousculé une dernière fois le classement, et c’est Kelly Maillot qui remporte son titre de championne avec 1199 points devant Bérangère Martin-Gaumont (1184 points) suivie de près par Sandra Chetaneau-Fuselier (1183 points). Côté hommes, Pierre Dorez a réussi à arracher la première place avec 1183 points obtenus de peu avec cette dernière course. David Labrosse et Miguel Labranche cumulent respectivement 1181 et 1180 points.

Le circuit Paul Ricard a également accueilli la première Spartan nocturne de l’hexagone et s’est révélée être une réussite ! Manque de repères visuels, tracé exigeant, le weekend Trifecta en a fait souffrir plus d’un.

Pour ma part, j’ai pu tester ma première Beast afin de boucler ma Trifecta 2017. Me voilà donc au départ de cette nouvelle aventure à 09h00 du matin avec mon binôme préféré pour ce qui va se révéler être une épreuve physique et morale !

Le départ se fait assez tranquillement, dans l’ensemble tout le monde se préserve pour la suite (rien à voir avec un départ Élite). Le premier kilomètre nous met dans l’ambiance avec quelques montées/descentes et un petit saut dans un bassin d’eau froide jusqu’à la ceinture : ça permettra de garder de l’humidité pour les prochaines heures de course 😉 .

Voici un petit aperçu du tracé, vous constaterez que les 10 premiers kilomètres sont là pour nous torturer avec de très grosses descentes et forcément les montées qui vont avec.

J’aurais la joie de porter sur 800m un parpaing plein (il n’y a définitivement aucune manière de le prendre confortablement) et un sac de sable de 25kg qui avait le mérite de s’accorder avec mes épaules. Les obstacles de début de parcours étaient très variés : passage au-dessus de poutres, équilibre sur 3 autres (30 burpees !), descente puis montée à la corde (sur rochers ou sur planche inclinée plutôt glissante), slack-line, Inverted Wall. Petite nouveauté pour ma part, une échelle incurvée (dans le sens de l’athlète) avec un premier barreau perché à un peu plus de 2m, la montée se révèle simple, mais le passage de l’autre côté est à négocier plus prudemment.

Le retour vers le circuit marque la fin du dénivelé (690m positif à ma montre). Gloabalement les obstacles sont bien répartis et les ravitaillements bien espacés (eau, banane, abricot sec et Tuc tous les 5Km). Les rampings succèdent aux grimpers de murs/filets/corde, aux portés (chaine, rondin), Olympus (30 burpees), Slippery WallTraverse Climbing Wall et Memory (173-Zoulou-9689). Peu habitué à courir ce genre de distance, le passage du 15ème kilomètre est une délivrance : la fin approche même si physiquement mon corps commence à réclamer moins de torture.

Pour repasser le mur d’enceinte du circuit, Spartan a conçu un obstacle particulièrement périlleux avec 2 poutres rondes séparées de quelques dizaines de centimètres. Il faut grimper dessus grâce à des mini-prises : l’équivalent de timbres poste épais de même pas 1cm d’épaisseur. La volonté de tester cet épreuve nous a fait perdre 20 minutes à attendre, mais ça valait le coup de tester !

Sur la fin de course, les obstacles se multiplient : javelot, nage, murs, multi-rig et ramping sous 2 Mercedes de promotion grimpées sur parpaing histoire de les valoriser sur les photos finish. Résultat : 23 km au compteur, quelques heures de course, des courbatures pour la semaine qui suit et une joie immense de se faire passer la médaille verte autour du cou avec le précieux dernier tiers de médaille ! Loin de finir premier, je termine et c’est déjà une victoire 😉 . Je recommande cette course qui se déroule dans un décor fabuleux et dans une ambiance au top. Voici quelques photos pour vous donner une petite idée de ce que vous devriez absolument tester !

X