Test de la FCJ Race 2017

La FCJ Race et ses obstacles Kaha a eu lieu ce dimanche 10 septembre 2017 et a permis à 700 participants de s’amuser bien boueusement. Pour l’occasion nous avions lancé un concours et notre gagnant Victor Claudot nous livre aujourd’hui un compte rendu d’impression de sa course…


Avec une quinzaine de courses à mon actif, des mois de préparation alternant course à pied et renforcement musculaire, il est enfin temps d’attaquer cette deuxième partie de saison.
Ce sport, vu pour beaucoup comme atypique, attire de plus en plus de curieux pour ses valeurs basées sur le dépassement de soi et le fun.
La curiosité autour de ce dernier est à son maximum et c’est avec impatience et plaisir que je m’apprête à attaquer ce deuxième volet accompagné de ma conjointe qui, habituellement, endosse le costume de supportrice, ainsi que de mon meilleur ami qui n’est autre que le plus grand des débutants au niveau du sport.

Afin de leur transmettre en douceur l’amour que j’éprouve envers cette discipline, rien de mieux qu’une course ludique et accessible. La FCJ RACE semble être, pour cela, la course idéale et j’espère que celle-ci sera pleine d’aventure et d’amusement.

Nous embarquons en voiture, Zak, Émilie et moi. Ils ne peuvent plus faire demi-tour. Leur baptême approche à grands pas.
Arrivés 1 heure en avance, nous en profitons pour prendre connaissance de certains passages du parcours et nous amuser un peu sur les obstacles. Dès lors que nous arrivons sur place, nous apercevons la dernière ligne droite, les 50 derniers mètres, composés de trois obstacles. La FCJ RACE annonce la couleur.
Notre excitation monte d’un cran : nous sommes comme des enfants la veille de Noël.

Par ailleurs, les parkings sont gratuits et se situent tout près du point de départ : chose idéale pour ne pas tomber malade et pouvoir s’alléger vestimentairement parlant au dernier moment.
De plus, autour de cette zone de départ se trouvent des stands de nourriture et de boissons (bières et softs drinks), animés par les locaux avec une ambiance des plus conviviales, des boutiques de merchandising, un poste de secours et un stand proposant des massages gratuits pour l’après-course. Tout est fait pour se sentir bien.

Vient ensuite le moment de la course. Grâce au repérage que nous avons effectué, nous nous sommes fait une idée de ce qui nous attendait. Du moins, c’est ce que nous pensions…
Le public est présent, nous faisons notre entrée dans le sas prévu pour l’échauffement avec les membres de notre vague.
Devant nous, la scène qui diffuse des musiques entraînantes et dynamisantes. L’équipe de la FCJ BOX a su générer une bonne ambiance. On s’y sent bien, et un échauffement complet et de qualité encadré par des professionnels est donné. C’est parti pour 10 minutes de squats, ramping, burpees et autres mouvements pour se préparer à franchir les obstacles.
Comme a dit notre cher ami Zak, « la course n’a même pas encore débuté que j’ai déjà des courbatures !« . L’heure du départ approche…
Le décompte est lancé : 5, 4, 3, 2, 1, let’s go ! La sirène retentit et ça y est, nous sommes partis.
Comme prévu, je ne lâche pas mes deux acolytes. Quelques virages et le premier obstacle apparaît… La FCJ RACE nous met dans le bain tout de suite (expression parfaitement appropriée) : nous franchissons une bute de terre pour ensuite sauter dans l’eau. Nous avons un avant-goût de ce qui nous attend pour le reste de la course !

Le parcours est très bien balisé et encadré par les membres de la FCJ BOX. De plus, nous rencontrons des obstacles numérotés environ tous les 400 mètres, ce qui permet de donner un beau rythme à cette épreuve.

Nous avons majoritairement couru dans la forêt, traversé des passages très boueux et marécageux, et franchi des obstacles faisant partie du décor habituel, soient des obstacles naturels.
Ceux-ci procuraient suffisamment de difficulté pour satisfaire les compétiteurs et accueillir les débutants. Les plus complexes sont également dédoublés et proposés dans deux versions pour s’adapter à chacun : une relativement technique et une seconde plus abordable.
Le parcours se composait de nombreux franchissements, une poussée de pneus, des sauts de troncs, des monkey bar et bien d’autres. Chaque participant y trouvait son compte.

En ce qui concerne le ravitaillement, il se situait à la mi-course, soit au cinquième kilomètre. Un vrai moment de convivialité avec des bénévoles extrêmement serviables et un large choix d’approvisionnements : eau, bananes, oranges, 4 quart, chocolat noir et coca. Pas très sportif, mais tellement appréciable !
À la fin de la course, on nous propose les mêmes denrées avec, en bonus, une bonne bière et un t-shirt Finisher !

Enfin, après 25 obstacles, 10 km, de la boue, de la boue et encore de la boue sous diverses formes, nous terminons cette course et tendons fièrement nos cous pour récupérer nos médailles. Expérience inédite, fun et dépassement de soi étaient bel et bien au rendez-vous.

La FCJ RACE à su  s’adapter à tout type de public, en alliant amusement et surpassement. Mes deux partenaires, novices, ont réalisé une course sans hésitation. Le souci du détail et la qualité globale de l’évènement constituent une course que je recommande fortement !

Points forts :

  • L’organisation,
  • Un parcours ludique en zone rurale,
  • Les différents niveaux de difficulté proposés par la plupart des obstacles.

Points faibles :

  • Énormément de boue due au parcours et aux pluies de la veille, rendant certains obstacles glissants voire dangereux malgré l’encadrement.

Il ne me reste plus qu’à remercier mon meilleur ami Zak et ma coach et femme de tous les jours Émilie pour le superbe moment passé en leur compagnie, ainsi que l’organisme de la FCJ RACE pour leur disponibilité et leur sourire, sans oublier Obstacle-Mag, sans qui je n’aurais pas découvert cette course.

Enregistrer

X